À cause d’un mauvais diagnostic, les femmes décèdent plus que les hommes d’une crise cardiaque

0
82

Selon un rapport de la British Heart foundation, environ 8 000 femmes en Angleterre et aux Pays de Galles ont succombé ces 10 dernières années à une attaque cardiaque « simplement » parce qu’elles n’ont pas reçu les mêmes soins que les hommes. Pire encore : au Royaume-Uni, malgré l’avancée de la médecine, il y a deux fois plus de femmes qui meurent d’une maladie coronarienne que d’un cancer du sein. Le rapport, qui remet en cause l’inégalité des traitements médicaux entre les deux sexes, indique que, comparées aux hommes, les femmes ont 50% de plus de chances d’avoir un mauvais diagnostic initial en cas de crise cardiaque, ce qui augmente forcément les risques de décès.

« Les crises cardiaques n’ont jamais été aussi bien traitées. Pourtant, les femmes meurent inutilement parce que les crises cardiaques sont souvent perçues comme étant un problème d’hommes, ce qui fait que les femmes ne vont pas recevoir les mêmes standards de soins que les hommes », explique le docteur Sonya Babu-Narayan, directrice médicale adjointe à la British Heart foundation.

Plus alarmant encore : selon le même rapport, dès l’apparition des symptômes, les femmes mettent en moyenne plus de temps que les hommes à arriver à l’hôpital. Une injustice qui se manifeste également dans les causes puisqu’une hypertension artérielle chez les femmes augmente de 80% ses risques d’avoir une crise cardiaque et un diabète de type II les augmentent de 50%.