A Adel Mothéré, la plus belle voix de la plus belle des radios!

0
1276

Que décrire, que dire, quoi écrire ?  Adel Mothéré nous quitte sans prévenir, sans me laisser l’occasion de lui faire un dernier adieu, de l’embrasser, de lui dire qu’il était pour moi l’ami, le frère, le confident, le père, le mentor, le parrain de ma petite. Sans me laisser le temps de lui exprimer ma gratitude et mon admiration pour lui.

Qui m’appellera « ma belle brune » désormais? Qui me dira « Chnowa hwelek Om Zina ?» avec ce ton jovial au téléphone ? Qui me corrigera mes fautes, mes tiques et mes mimiques sur les ondes de « La plus belle des radios » dorénavant ?  Qui me présentera les plus grands artistes ? Qui m’accompagnera pour aller voir les avant-premières des films ? Qui animera le festival de Carthage cette année ? Adel « La voix de RTCI » nous quitte prématurément, un peu trop tôt.

On dit que les « écrits restent », mais pour moi c’est ta voix qui reste…Elle résonne encore et résonnera toujours. Ta voix reste Adoula dans les cœurs de tous les Tunisiens qui prenaient plaisir à t’écouter à midi ou à minuit, matin ou soir, à 10h00 ou à 6h00. Car oui, au bout de plus de 34 ans d’exercice au sein d’une même radio, on fait le tour des vacations.

Egoïstement je suis contente l’ami de t’avoir connu avant ton départ. On m’avait dit que tu étais restrictif dans ta sélection d’amis, alors je te suis reconnaissante de m’avoir laissé pénétrer ton cercle rapproché en si peu de temps, heureuse d’avoir pénétré ton univers empreint de culture, d’art, de beauté, d’esthétisme, de musique, de liberté, d’amour…et encore une fois d’amour pour la famille, pour les amis et pour la radio.

Tu vivais pour les trois. Passionné tu étais et c’est grâce à toi que j’ai appris qu’on pouvait aimer inconditionnellement un métier, dans un pays où la plus part des personnes travaillent plus par obligation que par passion. Pour toi, par toi et grâce à toi, j’ai continué, espérant un jour te revoir au studio 1, te revoir chez toi. J’étais naïvement sure que tu reprendrais ta place, que tu reviendrais un jour et je voulais être là pour ton retour. Je tenais à la partager cette vacation. La vie est injuste. Elle nous aura privés de ce plaisir.

Samedi midi, c’est pas sérieux…je ne la ratais pas cette émission. Ca démarrait toujours par « Les fous du volant » pour prévenir les jeunes quant aux dangers de la vitesse au volant. « C’est trop con de mourir à vingt ans »  disait Laam…C’est aussi con de mourir à 62 ans. C’est bête. C’est inutile. C’est trop tôt.

Adel mon ami, RTCI ne sera plus jamais la même sans toi. Elle était déjà triste depuis ton départ forcé et injuste. Aujourd’hui elle est endeuillée. Dans ton dernier message, tu me disais « Tu es le futur de RTCI ». Je ne sais pas si je pourrai encore animer sans toi et sans tes précieux conseils. A jamais dans mon cœur.