6 séries d’une seule saison à regarder pendant Ramadan

0
313

Comme chaque ramadan, on vous dresse une liste des séries à regarder pendant votre temps libre. Cette année, la tendance est dans les adaptations de faits réels ; meurtre organisé, un sociopathe invétéré, une évasion orchestrée, etc.

The little drummer girl 

Composée de 6 épisodes, The little drummer girl parle des aventures de Charlie, une jeune comédienne qui a accepté d’infiltrer une cellule terroriste palestinienne pour le compte des services secrets israéliens. Une ruse est alors élaborée pour parvenir à faire de Charlie l’une des leurs. Si l’histoire semble se pencher vers une version spécifique du conflit israélo-palestinien, la série étonne par son aptitude à défendre et à s’attaquer aux deux parties. Une manière de laisser le spectateur seul juge face à ce conflit. Mais The little drummer girl c’est aussi l’histoire d’amour du personnage principal-incarné par Florence Pugh – et son recruteur Gadi -interprété par Alexander Skarsgård. Vrais sentiments ou stratégie, il ne sera pas dur de trancher.

The act

C’est l’histoire vraie de Claudine Blanchard, une mère atteinte du syndrome de Münchhausen par procuration, qui s’attirait la compassion des autres en leur faisant croire que sa fille était gravement malade. Se déplaçant en fauteuil roulant et nourrie par une sonde, sa fille Gypsy a cru pendant des années aux paroles de sa mère jusqu’au jour où elle cherche à se libérer de cette femme trop possessive. Quand elle réalise l’étendue de ses mensonges, elle se sent totalement piégée. La jeune fille décide alors d’orchestrer l’impensable : le meurtre de sa génitrice. De l’adolescence volée à la relation toxique entre les deux personnages, The Act revient sur ce crime et ses dessous. Elle met en vedette les actrices Patricia Arquette et Joey King.

Dirty John

Sortie en février dernier, la série Dirty John retrace la rencontre entre Debra Nawell, une riche décoratrice d’intérieur et John Meehan, un chirurgien. La quadragénaire -interprétée par Connie Britton – tombe follement amoureuse du jeune homme et accepte de l’épouser à Las Vegas après seulement quelques semaines de relation. Mais le conte de fées tourne au cauchemar quand Debra trouve de vieux documents de son époux. Ce dernier- incarné par Eric Bana– s’avère être un sociopathe au passé tumultueux. Tirée d’une histoire vraie, la série propose le portrait de ce criminel.

Sex Education

Sexe Education est la nouvelle série pour ado par excellence. Cette création de Netflix s’intéresse à la sexualité des jeunes pubères d’une manière inédite, anticonformiste, ludique et drôle. Elle retrace les aventures d’Otis, fils d’une sexologue – magnifiquement interprétée par Gillian Anderson (X-Files)-. Le jeune adolescent se voit embarquer, sous l’influence de sa camarade Maeve, dans une série de consultations clandestines de thérapie sexuelle dans son lycée. Masturbation féminine, impuissance, vaginisme, slutshaming, etc. ; tant de sujets sont traités avec une extrême finesse. La série de 8 épisodes est sortie le 11 janvier dernier et on valide totalement.

Escape at Dannemora

Escape at Dannemora est le dernier né de Ben Stiller en tant que réalisateur. Composée de 7 épisodes, cette production d’une saison unique revient sur une histoire vraie, celle de l’évasion de deux prisonniers, Richard Matt et David Sweat, d’un pénitencier à Dannemora (une ville de l’Etat de New York). Cette évasion a été réalisée grâce à la complicité de Joyce Mitchelle, une employée de la prison qui entretenait des relations sexuelles avec les deux détenus. Escape at Dannemora est une série intéressante marquée surtout par l’interprétation magistrale de Partricia Arquette dans la peau de Joyce. L’actrice oscarisée a déjà été récompensée pour ce rôle lors des Golden Globes 2019. Une mini-série disponible depuis décembre 2018.

Sharp Objects :

Synopsis : Camille Preaker, reporter, sort tout juste d’un bref séjour à l’hôpital psychiatrique. Elle retourne dans la ville de son enfance pour tenter de résoudre le meurtre de deux jeunes adolescentes auxquelles elle s’identifie énormément.