14 profils de chauffeurs de taxi tunisiens très « spéciaux »

0
8973

Tout le monde est tombé, au moins une fois dans sa vie, sur un chauffeur de taxi tunisien assez « space ». Une véritable expérience dont on ne sort jamais indemne… De l’obsédé au sexiste en passant par le super bavard, voici les profils les plus fréquemment rencontrés dans la voiture jaune.

Celui qui est obsédé

Qui n’est jamais monté dans un taxi avec un chauffeur très porté sur la sexualité ? Le problème, c’est qu’il ne comprend pas que sa vie sexuelle, celle des autres, les moeurs de la société sont des thèmes qui sont loin de nous intéresser. On a bien compris que ce type de personnes tentaient leurs chances avec leurs clients, mais il y a mieux en matière de drague…

Celui qui fait très attention à sa voiture

Qu’il soit propriétaire ou non de son taxi, il panique à chaque fois qu’un client touche à peine la boîte à gants avec ses genoux.

Celui qui n’aime pas notre façon de fermer la porte

À chaque fois, c’est la même histoire : la porte du taxi pèse soit 100 kg soit 1 g. Du coup, on ne comprend plus rien et on se fait crier dessus parce qu’on l’a claquée comme après une dispute à la maison. « Séyes 3al béb ! ». Oui bah on pouvait pas savoir hein !

Celui qui demande où l’on va

Quand il n’y a pas d’embouteillages monstres, tout va bien. Quand il y en a, c’est une autre histoire complètement différente. Le chauffeur de taxi s’arrête, baisse sa vitre et demande : « Fin méchi(ya) ? ». Si ça lui plaît, vous rentrerez chez vous, sinon, avec un peu de chance, vous tomberez, avant la Saint-Glinglin, sur un taxi qui fait son boulot. Les personnes habitant à Ariana ou au Centre-Ville en savent quelque chose.

Celui qui n’aime pas votre tête

Aucun taxi à l’horizon depuis une heure et plusieurs personnes attendent derrière vous. Miracle, une voiture jaune surgit de nulle part ! Vous allez enfin pouvoir regarder Les Anges de la Téléréalité en train de lire du Lamartine. Fausse alerte : le chauffeur ne s’est pas arrêté à votre niveau et a visiblement préféré la jolie demoiselle derrière vous.

Celui qui parle un petit peu trop

Si vous n’êtes pas d’humeur bavarde et que vous commettez l’erreur de réagir à la première remarque du chauffeur, c’en est fini pour vous. Dès lors, le monologue s’éternise. C’est là que vous réalisez, en arrivant à votre bureau, que celui-ci vous a étonnamment sauvé la vie.

Celui qui n’aime pas votre destination

Installé(e) dans un taxi, vous demandez gentiment aux chauffeur de vous emmenez à tel endroit. Seulement voilà, le lieu en question ne lui plaît pas et vous êtes prié(e) de descendre. Petite variante : le chauffeur vous fait signe de loin qu’il va continuer tout droit.

Celui qui n’aime ni les femmes ni les « Africains »

Avec un peu de malchance, vous pourriez tomber sur un chauffeur de taxi à la fois raciste et misogyne. Le super combo. D’un côté, le raciste déteste Libyens et Africains (il a visiblement oublié qu’il l’était également) et ne s’arrête pas pour eux parce que, d’après lui, ils ne sentent pas bons. D’autre part, il méprise profondément les femmes qu’il trouve dangereuses au volant. Pour lui, ces dames doivent rester chez elles à s’occuper des enfants et à préparer le dîner de monsieur parce que lui, au moins, est un as du volant. R.I.P. Paul Walker.

Celui qui a une hygiène douteuse

Monsieur le taxi a un léger souci d’hygiène : il se cure le nez tout le temps, sent vraiment mauvais et se fiche éperdument de la propreté de sa voiture. « Deal with it ».

Celui qui fume

Si certains chauffeurs de taxi vous demandent la permission de fumer, d’autres s’en fichent. Pas sûr que vous pourriez en faire de même dans leur voiture…

Celui qui n’arrête pas d’insulter tout ce qui bouge

Des jurons par ci, des jurons par là : ça fuse de partout. Tout y passe : sa petite amie, les piétons, la Tunisie, les juifs, l’Univers, blablabla…

Celui qui discute au téléphone avec sa copine

Pas vraiment loquace durant le trajet, monsieur le taxi devient tout mielleux quand il téléphone à sa petite amie. Quand elle est malade, il devient encore plus mignon et attentionné. Et dire qu’il jouait les gros durs quelques minutes auparavant !

Celui qui ne met pas le compteur

N’oublions pas que cela existe encore, comme par exemple à l’aéroport, même si vous n’êtes pas blond aux yeux bleus.

Celui qui écoute Zitouna ou du mezoued

Encore un classique. Le taxi se sent obligé de faire partager avec vous, volume à fond, les sourates lues sur la station Zitouna ou ses coups de coeur en matière de mezoued. Pire : il vous demande de bien vouloir vous taire pendant que la sourate passe à la radio. D’ailleurs, ça déborde ensuite sur la leçon de morale religieuse.

simpsons