#43 La chronique forme de Lamiss Kerkeni: it’s all about the journey!

0
345

« Je suis trop grosse, trop mince, trop flasque, trop musclée… » Tous les jours je rencontre des personnes et notamment des femmes se plaignant de leur apparence qui est trop ceci ou pas assez cela. Elles viennent en salle de sport essentiellement parce qu’elles n’aiment pas leur corps et veulent le transformer. Alors pour parvenir à changer ce qu‘elles n’aiment pas, elles sombrent dans une sorte d’obsession de tous les détails. Entre la petite amande en trop mangée au goûter et le dernier set de squat bâclé, chaque petit élément devient sujet d’inquiétude, d’angoisse et de pression. Malheureusement, croyez-moi, cette attitude est la meilleure recette pour échouer, mais surtout l’ultime moyen de détruire l’estime de soi.

En effet, pensez-y deux secondes : est-il vraiment possible de contrôler absolument tout au courant de la journée ? Sommes-nous réellement capables de faire en sorte que tout se passe exactement comme nous voudrions 100% du temps ?

Vous constaterez qu’il y a des jours où nous nous rapprochons de notre objectif et d’autres pas du tout. Et comment se sent-on le soir venu, lorsque nous réalisons que nous n’avons pas du tout atteint nos objectifs du jour ? …Pas très bien, voir très mal pour certains.

Et malheureusement, le sentiment d’échec est parfois si important qu’à la longue il fini par affecter notre estime de soi.

La solution ? Elle n’est certainement pas facile ou plutôt elle ne s’impose pas toujours de façon spontanée. C’est pour beaucoup un apprentissage qui se fait de façon consciente et progressive et dont le point de départ réside en cette phrase : « je veux adopter un style de vie sain, parce que j’aime mon corps, j’aime ma personne et je veux me faire du bien ».

lamiss-2

Lorsque vous poserez ce postulat comme logique de départ pour entreprendre votre processus de remise en forme, vous verrez que l’aventure deviendra nettement plus agréable, plus légère et par conséquent réellement efficace sur le long terme. Avec cet état d’esprit, quand en fin de journée vous ne parvenez pas à atteindre vos objectifs, vous accepterez que cela fait parti du parcours et qu’il ne sert à rien de vous culpabiliser outre mesure : votre vie n’est pas un échec parce que vous avez craqué sur un muffin au chocolat…Non, vous valez bien plus que ça, ce muffin était bon, il vous a fait du bien, point final. Demain, vous serez moins tenté de craquer, parce que vous n’êtes pas frustrée et qu’abuser du sucre n ‘est pas bon pour votre santé. N’hésitez pas à répéter cette phrase à haute voix, qu’est ce que ça fait du bien ! Quelle libération !

Ceci dit, il faut être bien conscient que cet état d’esprit, n’est pas facile à atteindre. Je peux vous dire qu’en ce qui me concerne, il m’a fallu de longues années de négociation entre mon côté bon vivant, fainéant, gourmand et positif et l’autre beaucoup plus anxieux, hyperactif, perfectionniste et moins confiant. Petit à petit, avec les différentes expériences de la vie, les multiples rencontres et la maturité, j’ai été capable de réconcilier ces deux côtés.

Et un beau jour, sans qu’on s’en aperçoive vraiment, on se rend compte qu’on a même plus besoin de se peser pour se rassurer. On se sent bien, dans sa peau et dans sa tête quoi qu’il arrive, car nous sommes libérés de cette quête oppressante des mensurations parfaites. Elles n’ont plus aucun sens. Elles ne nous motivent même plus, parce qu‘on se regarde dans le miroir et on se trouve belle. Nous n’allons plus à la salle de sport pour ‘’s’attaquer’’ à ce bourrelet, mais pour se faire du bien globalement parce que nous aimons notre corps et notre personne.

Et le plus merveilleux, c’est que c’est exactement à ce moment que les meilleurs résultats sont obtenus. Vous rayonnez de l’intérieur et de l’extérieur, peut-être par un phénomène métaphysique faisant que votre corps vous remercie de l’aimer.

Je vous laisse méditer sur tout cela, en espérant avoir pu en éclairer certains et vous souhaite un excellent weekend en santé !

Par Lamiss Kerkeni