10 choses à faire comme un Tunisien…ou pas!

0
9997

Le café qui dure 3 heures : Qu’il soit architecte, chauffeur de taxi ou chef d’entreprise, le Tunisien aime boire son « express allongé » pendant des heures. Et gare à celui qui lui pose la question ou pire encore qui ose jeter ce fond qui commence à coaguler. Il vous fera la tête en vous disant qu’avec ce qui restait dans le gobelet il aurait pu accompagner ses trois clopes de 11h.

La conduite : Pros des zigzag, des infractions, des doubles/triples/quadruples files, les Tunisiens aiment vivre dangereusement…et accessoirement faire chier leur compatriotes avec une conduite pas du tout responsable. Le code ? Ca a juste servi à obtenir le permis de conduire. La suite se fait au feeling. « Sammi Besmellah et andah » (prie au nom de Dieu et lance toi) vous dira le Tunisien avant de bruler un feu rouge.

Le taxi : On n’est pas Tunisien si on n’a pas pris au moins une fois dans sa vie le « Yellow Cab » made in Tunisia. A l’instar de son homologue New Yorkais, le taxi Tunisien est supposé être repérable à distance et s’arrêter avec juste un hale. Que nenni, il n’en est rien en Tunisie. Le chauffeur de taxi vous ignorera surement en faisant mine de ne pas vous voir ou pire encore vous prendra au début pour mieux vous lâcher quelques secondes après une fois dedans. Comment ça vous osez l’arrêter alors que vous n’êtes pas sur son chemin ? Et si vous avez la « chance » d’y rester, profitez de la séance « Je sais tout » en débattant des sujets d’actualité les plus brulants. Vous serez surpris des diverses positions de vos prestataires.

Le lablebi après la soirée : Indémodable, inévitable, indétrônable, le lablabi est le « King » des soirées clubbing tunisiennes. Que vous soyez de retour d’une soirée en boîte ou à la fin d’une soirée jeune de mariage, le lablebi-plat typiquement tunisien à base de pois chiche trempés et de pain- animera cette dernière partie et rechargera vos batteries. Rien de mieux pour se faire plaisir instantanément…et de garantir une diarrhée pour accompagner votre gueule de bois le lendemain.

Arriver à l’heure…ou pas du tout : Le fameux rendez-vous arabe. A l’étranger, c’est le quart d’heure de politesse. En Tunisie, c’est la demi-heure (voire plus) qui vous met en stress. Quand ton vis-à-vis te dit « on se voit demain à 11h00 », vous pouvez y aller tranquillement après le déjeuner. Et il y a même des chances qu’il ne soit pas encore arrivé. Si en plus il rajoute « Inchallah », vous pouvez sérieusement vous poser la question si votre rendez-vous aura lieu un jour. Manger les glibettes : Partout sur tout le territoire. Si le fait de manger les glibettes est une pratique typiquement Tunisienne, le faire partout et à tout moment ne l’est pas moins. Ces petites graines de tournesol vous accompagneront au ciné, dans le marché, au boulot, chez vous etc. Le must ? Les manger et jeter l’écorce par terre. Vous êtes nationalisé !

Aller à la plage avec pastèque et parasol : A planter partout dans toutes les plages de la Tunisie. En famille ou en groupe d’amis, la pastèque accompagne les estivaux dans les contrées les plus lointaines. Vous n’avez pas expérimenté le « vivre à la Tunisienne » si vous n’avez pas, au moins une fois, planté un parasol, couvert ce dernier d’un grand drap pour en faire un brise soleil, mangé un sandwich harissa/thon ou un couscous et pris de la pastèque comme dessert.

Remplir l’assiette du plat qu’on vous a ramené : En y mettant quelque chose à manger…même des biscuits font l’affaire. En Tunisie, il est très mal vu de rendre un objet de cuisine vide à celui qui l’a ramené chez vous plein lors de son passage pour diner. Sachez-le !

Faire une veillée sur le pas de la porte : Et taper la discute avec tous les passants du quartier. Une bouteille de Coca Cola et des glibettes (voir plus haut) vous accompagneront jusqu’au petit matin. Par 40°C, il vaut mieux être dehors que dans sa chambre sans la clim à souffrir de moustiques en plus de la canicule. Draguer à la Tunisienne : En faisant des « pssssst » à tout va. Qu’elle soit moche, belle, petite, ronde ou maigre comme un clou, aucun énergumène présentant un génotype XX ne vous échappera lors de votre veillée nocturne sur le pas de la porte (voir plus haut) en mangeant des glibettes (voir encore plus haut)- sauf la fille du quartier- Jouer aux cartes pendant le mois de ramadan…et toute l’année Allez dans un café de quartier, vous serez étonné du nombre de tables où l’on joue du rami, ou encore de la belote. Installez-vous, prenez un café (que vous garderez toute la matinée) et laissez-vous aller à quelques heures de farniente, si ce n’est le jeu au cartes. Vous ne verrez pas le temps passer. Quoi il est déjà 16h ? Et les CV que je devais envoyer….  ]]>